Menu
Retour aux Articles
18 octobre 2022
|

Réparer l’irréparable : Le Conseil de la MRC résolu à aller de l’avant

Reconstruction patrimoniale de l’ancien centre commercial et culturel du Domaine-de-l’Estérel

Le 11 octobre dernier, le Conseil de la MRC des Pays-d’en-Haut a adopté deux résolutions en lien avec la démolition de l’ancien centre commercial et culturel du Domaine-de-l’Estérel.

Dans la première résolution, le Conseil demande dans un premier temps à la société Olymbec, propriétaire du site de l’ancien centre commercial et culturel du Domaine-de-l’Estérel, qu’elle procède à la reconstruction patrimoniale du bâtiment, détruit illégalement alors que l’immeuble était classé. Il demande dans un deuxième temps au ministère de la Culture et des Communications qu’il prenne les moyens nécessaires pour assurer la reconstruction patrimoniale de l’immeuble.

Dans une seconde résolution, le Conseil signifie au gouvernement le maintien de la candidature de l’ancien centre commercial et culturel du Domaine-de-l’Estérel comme Espace bleu de la région des Laurentides.

En conséquence, le Conseil mandate le préfet de la MRC, André Genest, pour faire les représentations politiques à ces deux sujets.

« Je me réjouis de voir l’appui unanime du Conseil de la MRC, pour demander à Olymbec et au ministère de la Culture et des Communications que la reconstruction patrimoniale du bâtiment soit respectée. Ainsi, on vient confirmer la valeur historique et significative du lieu pour la région. De plus, sa reconstruction permettra de renforcer notre proposition d’y établir l’Espace bleu des Laurentides, un projet structurant non seulement pour les citoyens de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson, de l’Estérel, de la MRC mais aussi, pour la région et pour le Québec au grand complet! », croit M. Genest.

Le 13 mai dernier, la partie classée du bâtiment de l’ancien Centre commercial et culturel du Domaine-de-l’Estérel, tombait sous les coups des pelles mécaniques. (Crédit photo : Joseph Hillel)

Réparer l’irréparable

Franck Pappas, maire de l’Estérel, en appelle à la responsabilité sociale et morale du propriétaire du site et de respecter son engagement à la suite de la destruction irréversible le 13 mai dernier, de l’immeuble patrimonial classé par le gouvernement du Québec en 2014 en vertu de la Loi sur patrimoine culturel. « Dans un communiqué daté du 17 mai, Olymbec évoquait sa volonté – je la cite – de ‘’ faire tout ce qui est possible pour réparer au mieux ce qui apparaît irréparable, ce qui inclut la reconstruction du bâtiment patrimonial dans le cadre de son futur projet de redéveloppement’’ », indique M. Pappas. Ce dernier rappelle que plusieurs citoyens des villes d’Estérel et de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson, ainsi que de la MRC, ont réclamé la reconstruction patrimoniale du bâtiment, lors d’une journée de réflexion tenue le 17 septembre dernier et qui avait rassemblé une centaine de personnes.

 

Un lieu significatif

Le maire de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson, Gilles Boucher, bien au fait du dossier, tient à la reconstruction patrimoniale de l’immeuble, afin de bénéficier du programme Espace bleu. « L’ancien centre commercial et culturel du Domaine-de-l’Estérel avait une valeur patrimoniale et historique unique qui entrait en droite ligne avec ce programme, lequel prévoit la possibilité d’ériger une construction neuve si son apport au site et à l’identité culturelle d’un endroit et d’une communauté est important et si sa conception architecturale contribue à révéler la valeur historique ou significative du lieu, dans un esprit de continuité avec les bâtiments environnants. Nous réitérons notre appel au promoteur pour respecter cet engagement et au gouvernement du Québec de faire de ce lieu, l’Espace bleu des Laurentides », souligne M. Boucher.

André Genest annonce sa ferme intention de solliciter toute l’attention de la députée nouvellement élue dans Bertrand, France-Élaine Duranceau et attend impatiemment la nomination d’un nouveau ou d’une nouvelle ministre de la Culture.

La MRC des Pays-d’en-Haut a produit un documentaire, réalisé par Joseph Hillel, sur l’ancien centre commercial et culturel du Domaine-de-l’Estérel dans le cadre de sa candidature pour accueillir l’Espace bleu des Laurentides.